Cette conférence avait été donnée à la "Grande Cathédrale" le soir du Vendredi 18 Août 1978.


Souvent certaines gens regardent la vie des saints, et les hauts sommets auxquels ils sont arrivés dans la vie de l'esprit, et la profondeur de leur relation avec Dieu…

Là, l'homme ressent de la petitesse d'esprit et se demande: "Est-il possible que je sois agréable à Dieu, moi qui suis dans ce faible niveau, et qui n'ai absolument rien de ce que les saints y sont arrivés?

Est-il possible que Dieu agrée ma petite vie simple et insignifiante… qui, si elle était comparée à la vie des saints, serait rien…….?! Là, je voudrais vous entretenir de Dieu, qui est le Dieu des petits… Dieu qui s'était préoccupé pour les très petites choses, et qui leur avait rendu une très grande valeur devant Lui… et de qui, en vue de notre consolation, il a été dit:

"De la poussière il retire le pauvre, du fumier il relève l'indigent, pour le faire asseoir avec les grands, avec les grands se son peuple". (Psaume 113: 7-8)

Dieu qui avait choisi des petites personnes qui n'avaient pas de valeur aux yeux des gens, tandis que Lui, Il connaissait leur valeur, ou plutôt Il leur avait donné une valeur. La main de Dieu s'était étendu et les avait relevés.


1. DIEU CHOISIT LES PETITS EN AGE


Ainsi dit David de lui-même: "J'étais petit parmi mes frères, et méprisé par les fils de ma mère". Il était ainsi aux yeux de ses frères, mais qu'est-ce que Dieu a fait?

Il prit le petit David du milieu des brebis, et Il le rendit l'oint du Seigneur.

Lorsque le prophète Samuel entra dans la maison d'Isaïe le Bethléhémite pour oindre un roi, Isaïe lui proposa ses fils qui étaient grands et gras …Il lui proposa Eliab qui avait une belle apparence et qui était haut de taille, et le Seigneur dit: "…je l'ai rejeté". Puis il proposa Abinadab, Schamma, et le reste des sept, et le prophète disait: "L'Eternel n'a choisi aucun d'eux" (1 Sam. 16: 5-10)…. Finalement Isaïe dit:

"Il reste encore le plus jeûne, mais il fait paître les brebis" (1Sam. 16:11). Oui, ce petit que son père avait méprisé, et l'avait laissé avec les brebis sans qu'il lui permette d'assister à la cérémonie qu'honorait le grand prophète Samuel…ce petit était celui que le Seigneur avait choisi pour devenir oint… !

"L'esprit de l'Eternel saisit David, à partir de ce jour et dans la suite" (1 Sam. 16:13), et il est devenu l'homme des psaumes, l'homme de la flûte, de la guitare et des des dix cordes, et l'un des prophètes les plus renommés de l'Ancien Testament. Vraiment, Dieu ne regarde ni l'âge, ni l'apparence extérieure, et souvent Il choisit les petits.

Dieu choisit aussi le juste Joseph qui était le plus petit de ses frères, comme il avait choisi le petit David.

Il le rendit roi sur eux tous, et sur d'autres. Ses frères vinrent à lui, et ils se prosternèrent à ses pieds, lui qui était le plus jeûne d'entre eux…! Il l'établit de même "père de Pharaon, maître de toute sa maison, et gouverneur de tout le pays d'Egypte" (Gen 45:8).

Il choisit aussi Jérémie, le petit prophète qui a dit: "je ne sais point parler, car je suis un enfant" (Jér. 1:6).

Le Seigneur lui dit: "Avant que je t'eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu fusses sorti de son sein, je t'avais consacré, je t'avais établi prophète des nations… Voici, je mets mes paroles dans ta bouche. Regarde, je t'établis aujourd'hui sur les nations et sur les royaumes… Voici, je t'établis en ce jour sur tout le pays comme une ville forte, une colonne de fer et un mur d'airain, contre les rois de Juda, contre ses chefs, contre ses sacrificateurs, et contre le peuple du pays" (Jér. 1: 4,5,9,10,18).

Nous trouvons que le disciple que le Christ aimait le plus était Jean, le plus jeûne d'entre eux…

C'est celui que le Seigneur rendit l'un des trois piliers parmi ses apôtres (Gal. 2:9). Il allongea sa vie plus que tous les autres, et Il lui découvrit les visions célestes, et le rendit l'auteur de l'évangile qui était plein des choses théologiques. Parmi les jeunes que le Seigneur honora, il y a l'apôtre saint Marc le premier qui écrivit l'évangile. Il était un très jeune homme pendant le temps de la prédication du Seigneur sur la terre, et il avait commencé sa vie comme serviteur avec saint Paul et saint Pierre. Saint Paul choisit un jeune homme pour servir avec lui, c'est Timothée qui devint évêque d'Ephèse, et il lui dit: "Que personne ne méprise ta jeunesse" (1 Tim. 4:12).

Parmi les jeunes que le Seigneur a choisis, il y a le grand saint Amba Bichoy.

L'ange le choisit parmi ses frères pour qu'il soit sanctifié pour le Seigneur, lui qui avait le corps le plus chétif, qui était le plus faible et le plus petit d'entre eux. Sa mère proposa à l'ange de choisir l'un de ses grands frères qui étaient forts pour servir le Seigneur avec force. Mais ce petit, chétif et faible fut celui que le Seigneur choisit pour qu'il devienne "l'homme parfait bien-aimé qui lava les pieds de notre Bon Sauveur"… Ne dites pas: je suis petit. Le Seigneur est étonnant dans son choix des petits…

Saint Athanase était un jeune homme dans le concile de Nicée.

Il y avait dans ce grand concile œcuménique 318 des plus renommés des pères évêques dans le monde chrétien. Quant au grade, Athanase était un simple diacre. Cependant Dieu le plaça au sommet. Il lui donna la force pour vaincre Arius et réfuter son hérésie, et pour composer le texte du crédo chrétien. Ce petit diacre devint le plus grand théologien dans l'histoire de l'Eglise…

Dans l'histoire du monachisme, saint Théodore, le disciple de saint Pacôme, saint Jean le Nain, et saint Misaël l'anachorète étaient parmi les plus renommés des grands petits.

Le Seigneur permit que le petit jeune homme Théodore fut le directeur spirituel de tous les monastères du grand saint Pacôme, plutôt c'est lui qui fonda plusieurs de ces monastères, et qui nomma les responsables en eux… Pareillement le Seigneur choisit un autre petit jeune homme pour être le directeur spirituel du désert de Scéthé, c'est saint Jean le Nain, dont il avait été dit que tout Scéthé était suspendu à son doigt; et les moines s'asseyaient autour de lui et profitaient de ses enseignements… Il était un petit jeune homme, mais il possédait la grâce plus que les vieillards!

Le premier monastère dans le désert de Scéthé fut nommé d'après les noms de deux saints jeunes hommes, ce sont Maxime et Domèce… et parmi les plus renommés de ceux qui arrivèrent au degré d'anachorète, Saint Misaël devint prêtre à l'âge de dix-sept ans.

Quand Dieu voulut la défaite de Goliath, il le fit vaincre par un jeune homme.

Un jeune qui ne savait pas comment se vêtir des habits de guerre, parce qu'il n'était pas accoutumé à eux (1 Sam. 17: 38-39), mais il utilisa cinq cailloux polis du désert. Le Seigneur oignit ce petit comme roi, à l'exclusion de ses sept grands frères; et ainsi David chanta son chant connu: "J'étais petit parmi mes frères, et méprisé par les fils de ma mère… mes frères sont grands et gras… mais Dieu ne les agréa pas… "

"Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits" (Matt. 18:10).

La préoccupation de Dieu pour les petits est très claire dans la Sainte Bible. C'est Lui qui éleva un enfant au milieu de ses disciples et leur dit: "si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieux" (Matt. 18:3). Il dit aussi: "Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants" (Matt. 11:25). Et Il dit: "Mais, si quelqu'un scandalisait un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu'on suspendit à son cou une meule de moulin, et qu'on le jetât au fond de la mer" (Matt. 18:6). Sachez toujours que "la victoire appartient à l'Eternel" (1 Sam 17:47), et "rien n'empêche l'Eternel de sauver au moyen d'un petit nombre comme d'un grand nombre" (1 Sam. 14:6).

Qu'ils sont grands les dons spirituels, intellectuels, et artistiques que Dieu a donnés aux petits.

Qu'ils sont nombreux ses dons qu'Il a donnés aux enfants et aux jeunes gens. Par exemple, le prophète David, Dieu lui avait donné le don de la poésie et de la musique; et il fut l'homme de la guitare, de la flûte et des dix cordes, tandis qu'il était encore enfant. Il était habile à jouer de la harpe, et il était capable d'éloigner le mauvais esprit du roi Saül (1Sam. 16:23). Par-dessus tout cela, il était un vaillant et puissant homme de guerre, tout jeune qu'il était.

Dieu avait donné à saint Chenouda l'archimandrite, chef des moines solitaires, une maturité spirituelle quand il était un petit enfant.

Il pratiquait l'ascétisme, le jeûne et la prière dès son enfance…..C'est un don divin qui prouve la préoccupation de Dieu pour les petits. De la même manière, saint Marc l'anachorète jeûnait jusqu'à la neuvième heure quand il était encore enfant.

Dieu avait donné le don d'opérer les miracles, à saint Takla Heymanout quand il était encore enfant.

Ce n'est pas une qualité héritée, mais c'est un don divin. Les dons de Dieu ne sont pas réservés seulement aux grands, mais les petits aussi en jouissent. Qu'elles sont nombreuses dans la vie des saints qui avaient commencé leur sainte vie dès qu'ils étaient petits, car la grâce de Dieu avait voulu agir en eux à cet âge précoce, comme elle avait agi dans Jérémie qui ne savait pas parler parce qu'il était encore enfant, et comme elle avait agi dans l'enfant Samuel, et dans le jeune homme Salomon.

De même, la maturité spirituelle de la Très-Sainte Vierge était en elle dès son enfance.

Elle était profonde dans sa prière, ses méditations, son étude des Livres Saints…..tout cela quand elle était une petite enfant orpheline croissant dans le Temple……Sa louange renommée (Luc 1: 46-55) indique combien elle savait par cœur les psaumes et les versets du Livre…..tout cela dès son jeune âge. Cependant c'était la grâce de Dieu agissant dans cette pleine de grâces, qui l'avait choisie petite, mais pleine de ses dons

Probablement Jean-Baptiste était aussi l'un des enfants favorisés.

La seule explication de cela est ce que dit de lui l'ange annonciateur qu'il "sera rempli de l'Esprit-Saint dès le sein de sa mère"…. (Luc 1:15) C'est ainsi que le Saint-Esprit agissait en lui quand il était encore dans le sein de sa mère. C'est pourquoi il a pu tressaillir quand il était dans le ventre de sa mère quand celle-ci entendit la voix de la Sainte Vierge; et il était joyeux en tressaillant pendant qu'il était un fœtus (Luc1: 41-44).

La maturité précoce des enfant doués, n'a d'autre explication que la riche libéralité de Dieu qui est versée sur les enfants avec une richesse inexprimable.

Ce qui est important, c'est que les dons que Dieu accorde aux enfants vous donnent l'espérance, vous fassent répéter l'expression que le Seigneur de gloire avait dite: "je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants" (Matt. 11:25), car "tu l'as voulu ainsi".

Que dirons-nous sur la maturité précoce et sur l'enfance miraculeuse de saint Athanase?

Nous ne dirons rien sauf que c'est le don de Dieu qu'Il accorde aux enfants avec une richesse éblouissante, qui rendrait l'intelligence humaine perplexe, et les ferait expliquer de plusieurs manières, mais qui serait reposée si elle mettait devant elle deux expressions: "le don de Dieu", et "l'amour de Dieu pour les enfants". Saint Athanase qu'on avait surnommé "l'apostolique", fut le plus jeune de ceux qui s'assirent sur le trône de saint Marc. Il fut le plus grand de ceux qui s'assirent sur ce trône. Il fut grand parmi les grands champions de la foi, alors qu'il était un jeune homme. Il devint Patriarche quand il avait trente ans environ. Il écrivit des livres magnifiques sur "l'Incarnation du Verbe", et "l'Epitre aux païens" pendant sa première jeunesse.

Nous sommes très heureux, et nous sommes remplis d'espérance, quand nous savons que la cause de la maturité des enfants précoces est la charité de Dieu. C'est un don de Dieu.

Car Dieu qui était avec ces enfants et qui leur avait donné de ses dons avec richesse, est aussi capable de nous donner. L'important c'est que nous nous humilions et que nous devenions comme les enfants selon son commandement, et que nous nous tenions vides devant Lui. Ces exemples à propos des petits en âge suffisent, et nous parlerons à propos de:


2. LES PETITS EN NOMBRE

 

Dieu choisit les petits en nombre pour les bénir en nombre ou pour en faire des merveilles…

Il choisit les cinq pains et les deux poissons pour faire un grand miracle.

Il ne méprisa pas cette petite quantité, mais Il la bénit, et en nourrit cinq mille hommes. Ce petit nombre était porté aussi par un petit enfant. (Jean 6:9). Dans le miracle du rassasiement des quatre mille, il y avait quelques petits poissons avec les sept pains (Marc 8:7). Avec ce peu, avec ces petits, le Seigneur rassasia ces milliers de gens.

Dieu choisit cette petite quantité pour donner de l'espérance à toute petite minorité.

Dieu bénit ce qui est peu et celui-ci devient beaucoup. Ce n'est pas le nombre qui importe, mais toute l'importance réside dans la bénédiction qui est dans ce nombre, et avec cette bénédiction, Dieu opère des merveilles.

Donc, dans votre service, ne désespérez pas à cause du peu de dons que vous avez; et dites-Lui: "Utilisez-moi pour les nourrir comme si j'étais quelques petits poissons".

Regardez dans la parabole du semeur: Qu'est-ce que le Seigneur a dit de la semence qui était tombée sur la bonne terre? Il dit:

" Et d’autres tombèrent sur une bonne terre et produisirent du fruit, l’un cent, l’autre soixante, l’autre trente "(Matt. 13:8).

O Seigneur, nous comprenons que la semence qui porte cent est une bonne semence. Mais est-ce que nous dirons de même à propos de celle qui porte soixante? Appellerons-nous bonne la semence qui porte trente?! Est-ce que cette petite production est acceptable à Dieu?

Le Seigneur dirait: "Tant que la terre produit du fruit, elle est donc une bonne terre, même si elle donne trente …"

Pour cela, que ceux qui portent trente fruits ne perdent pas espérance. Dieu accepte d'eux cette petite quantité, tant que cela représente leurs efforts. Dieu bénit ce petit effort comme s'il était beaucoup. Considérez ce que dit la prière des offrandes:

"Les auteurs de beaucoup et les auteurs de peu, et ceux qui désirent présenter et ne possèdent rien."

Ce simple désir, même sans donner, est une chose agréable à Dieu qui ne méprise pas le peu de choses. Dieu est merveilleux dans ses jugements, et dans son acceptation du peu de choses. Ceci me rappelle la parole de l'un des saints:

"Même si la grappe de raisins ne contient qu'un seul grain, elle ne cesse d'avoir la bénédiction en elle."

Le prophète Isaïe répéta cette même signification (Esaïe 65:8). Dieu agit dans ce qui est peu de choses, afin que nous ne nous glorifions pas de notre force, en croyant triompher par la quantité et non pas par la force de Dieu, car une telle pensée nous briserait.

Ceci est clair dans l'histoire de la guerre que fit Gédéon avec un petit nombre…..

Gédéon avait formé une grande armée de trente mille hommes qu'il avait rassemblée du peuple afin de combattre Madian. Mais le Seigneur lui dit: "Le peuple que tu as avec toi est trop nombreux pour que je livre Madian entre tes mains; il pourrait en tirer gloire contre moi, et dire: C'est ma main qui m'a délivré" (Juges 7:2). Puis le Seigneur resta à tamiser ce grand nombre jusqu'à ce qu'il eut atteint trois cent soldats seulement. Dieu bénit ce petit nombre, et ils triomphèrent de l'armée de Madian qui était répandue comme des sauterelles sur la terre. Quoi encore:

Lorsque Dieu voulut que l'Evangile soit prêché, Il choisit pour cela seulement douze apôtres …

Ceux-là furent capables, malgré leur petit nombre, de prêcher "la bonne nouvelle à toute la création" (Marc 16:15). "Leur voix est allée par toute la terre, et leurs paroles jusqu'aux extrémités du monde" (Rom.10:17, Ps.19:5). Ne dites donc absolument pas: Nous sommes peu nombreux. Dieu bénit ce qui est peu de choses, pour qu'il devienne beaucoup. Dieu regénéra l'humanité entière par les huit personnes qui étaient seules dans l'arche. Il ne choisit que ce petit nombre pour son but….

Par un seul fils, qui est Isaac, Dieu a fait venir une postérité nombreuse comme les étoiles du ciel et comme le sable de la mer…..

De même que nous avons parlé de la préoccupation et de la bénédiction de Dieu pour les petits en âge, et pour les petits en nombre, nous passerons à un autre point, c'est:


3. LA PREOCCUPATION DE DIEU POUR LES PETITS QUANT A LEUR SORTE

Lorsque Dieu voulut vaincre le géant Goliath, Il le vainquit par un caillou poli, dans la fronde d'un petit garçon, qui est David.

Vous donc, ne perdez pas votre espérance, et ne dites pas: mes dons sont peu de choses, je suis petit, d'une influence minime, je ne suis pas au niveau de ceux qui me haïssent. Soyez un caillou dans la fronde du Seigneur, afin que le Seigneur fasse par vous une œuvre, quelque minime que soit votre effort.

"Car la victoire est à l'Eternel" (1 Sam. 17:47), et "rien n'empêche l'Eternel de sauver au moyen d'un petit nombre comme d'un grand nombre" (1 Sam. 14:6).

Regardez comment Dieu a répandu son royaume sur la terre… Il ne choisit pas pour cela un nombre de philosophes ou de savants ou de vaillants héros, mais Il choisit un groupe de pêcheurs simples, et Il agit en eux et par eux, et comme dit l'apôtre:

"Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes; et Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu'on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire à néant celles qui sont, afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu." (1 Cor. 1: 27-29).

 

Nous nous tenons éblouis devant cette expression…! Il se peut que nous comprenions les expressions :"les choses folles" et "les choses faibles",…..mais quoi à propos de "celles qu'on méprise, celles qui ne sont point"?!… Quelle merveille? Comment est-il possible que Dieu choisit les choses "qu'on méprise" et "celles qui ne sont point"?!

Cette expression ranime indubitablement l'espérance dans l'âme de toute personne, quelque faible qu'elle soit, et quelque dépourvue de dons, et dépourvue de capacité de toutes sortes…

C'est pourquoi si vous êtes combattu par le désespoir, dites-Lui: "Comptez-moi, Seigneur, parmi ceux qui sont méprisés et ceux qui ne sont point, et ne me privez pas de l'œuvre avec Vous… Qu'il y ait une existence pour moi devant Vous, malgré que je suis à mes yeux, et peut-être aux yeux des gens, méprisé et je ne suis point…

Peut-être que certaines gens pensent que si Notre-Seigneur Jésus-Christ venait de nos jours, Il choisirait ceux qui possèdent les diplômes très supérieurs et les professeurs de recherches scientifiques!

Non, croyez-moi, car il ne faut pas que toute chair se glorifie devant Lui, et de crainte que l'Evangile ne soit imputé à l'intelligence humaine, et non pas à l'action du Saint-Esprit. Si le Christ venait de nos jours, je ne serais pas surpris qu'Il choisisse quelques-uns des gens simples ou quelque main-d'œuvre, comme Il l'avait fait auparavant…

Car la source de la force n'est pas l'homme, mais l'Esprit de Dieu qui œuvre en lui.

Dieu aime utiliser les petits, pour qu'ils ne se glorifient pas, et pour que personne ne désespère de l'œuvre de Dieu en lui. Que personne donc n'échoue, et que personne ne sente que son âme n'est pas chère.

Dieu a répandu la prédication avec douze hommes, qui n'étaient pas des auteurs de dons.

La plupart d'entre eux étaient des pêcheurs. Mais ce qui est important, c'est l'œuvre de Dieu en eux. Le treizième était Paul, qui ne comptait pas sur la culture et sur les dons, mais il dit aux Corinthiens: "Pour moi, mes frères, lorsque je suis allé chez vous, ce n'est pas avec une supériorité de langage ou de sagesse que je suis allé vous annoncer le témoignage de Dieu" (1 Cor. 2:1). Pourquoi? Il dit: "sans la sagesse du langage, afin que la croix de Christ ne soit pas rendue vaine" (1 Cor. 1:17), de crainte que le christianisme ne soit compté comme une philosophie, ou que le succès de la prédication ne soit imputé à la sagesse humaine et non pas à l'œuvre de la grâce.

La porte du royaume est ouverte à tout le monde, et de même la porte du service…

Non pas seulement à ceux qui disent qu'ils sont arrivés à la plénitude, et qui parlent avec des langues!! et qui possèdent des dons, et qui tremblent en priant……! Mais la porte du royaume est ouverte aussi devant le novice, celui qui est récent dans l'œuvre spirituelle, qui ne sait pas parler parce qu'il est un enfant (Jér. 1:6).

Que personne donc ne pense que puisqu'il n'est pas monté au sommet des spiritualités, il n'est pas encore arrivé à Dieu!

Ne méprisez pas ceux qui ne sont pas encore arrivés au sommet. Que les âmes de ceux-ci ne se sentent pas petites, car Dieu agit en tout le monde, et il utilise même le peu de petits poissons…

Qu'elle est belle l'expression de saint Jean-Baptiste: "de ces pierres Dieu peut susciter des enfants à Abraham" (Luc3:8).

Qui sont symbolisés par ces pierres? Des sourds-muets qui ne parlent pas, sans mouvement et sans vie… ceux-ci, Dieu est capable d'en susciter des enfants à Abraham. Donc, ne perdez absolument jamais votre espérance, quelque sans vie que vous soyez. Car vous êtes indubitablement meilleur que beaucoup de pierres… Nous avons dans la Nativité du Christ un autre exemple qui prouve que Dieu se préoccupe des petits:

Il est né dans une mangeoire de bœufs, et non pas dans un immense palais. Il est né dans un petit village aussi, à Bethléem, et non pas dans la grande ville Jérusalem.

Il a pu transformer la mangeoire en l'un des sites universels sacrés. Quant à Bethléem, Il lui dit: dorénavant "Et toi, Bethléem, etre de Juda, tu n'es certes pas la moindre entre les principales ville de Juda" (Matt. 2:6). Il l'a élevée au-dessus de beaucoup de villes, et lui donna une valeur par sa naissance en elle. Ceci nous rappellerait l'invitation de Dieu à Gédéon, qui se sentait petit, parce qu'il était issu de petites gens et d'un petit pays, alors il dit:

"Voici, ma famille est la plus pauvre en Manassé, et je suis le plus petit dans la maison de mon père" (Juges 6:15).

Mais le Seigneur cherche ce plus petit, afin que la gloire de Dieu apparaisse en lui. Pour cela, ne perdez pas votre espérance, si vous êtes petit, si vous êtes une mangeoire, ou un petit village, ou si vous êtes le plus petit dans la maison de votre père, ou si votre famille est la plus pauvre entre le reste des familles…! Dieu est capable d'œuvrer en vous, et vous élever afin que vous deveniez ce que vous n'aviez pas pensé devenir…

Voilà une situation qui encourage les faibles et les malheureux, les petits et les pauvres…

Regardez comment Moïse fut choisi, vous verrez une situation étonnante… Moïse avait "la bouche et la langue embarrassées"… il dit "je ne suis pas un homme qui ait la parole facile, et ce n'est ni d'hier, ni d'avant-hier, ni même depuis que tu parles ,à ton serviteur; car j'ai… " (Ex. 4:10).

Cependant Dieu choisit celui-là qui avait la bouche et la langue embarrassées pour devenir l'interlocuteur de Dieu...

Il n'ôta pas de lui ce défaut, mais Il lui envoya son frère Aaron, afin qu'il soit une bouche pour lui: "il te servira de bouche" (Ex. 4:16). Il dit à Moïse: "je serai avec ta bouche, et je t'enseignerai ce que tu auras à dire" (Ex. 4:12). C'est avec cet homme qui avait la bouche et la langue embarrassées, que Dieu humilia Pharaon… Le peu de dons n'empêche pas l'œuvre de Dieu, et n'invite pas l'homme à perdre l'espérance de pouvoir faire face à ses responsabilités. Ayez donc toujours confiance en Dieu de qui il a été dit: "Il donne de la force à celui qui est fatigué, et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance" (Isaïe 40:29). Dieu utilise les petits et les faibles. Là, nous posons une question: "Lorsque Dieu conduisit Jonas à se repentir et à se réconcilier avec Lui, par quoi l'avait-Il guidé?"

Pour guider Jonas, Dieu utilisa: le ver, le ricin, le vent, les vagues, et les rayons du soleil. Chacun accomplissait une mission divine…(Jonas ch. 1,4).

Dieu utilisa le ricin "qui est né dans une nuit et qui a péri dans une nuit" pour réaliser sa volonté; et de même le ver qui n'a de valeur chez personne! Dites-Lui: "Seigneur, comptez-moi comme un ver, comptez-moi comme un ricin, comptez-moi comme un rayon. Que je sois n'importe quoi dans votre royaume, quelqu'un d'insignifiant que je sois, mais que je fasse votre volonté." Si vous êtes un ver, ne perdez pas votre espérance, vous aurez un rôle chez Dieu… et si vous êtes un ricin, ne vous sentez pas petit… un jour viendra quand vous donnerez une leçon à un prophète comme Jonas, et votre nom sera inscrit dans le livre de Dieu…!


4. LA PREOCCUPATION DE DIEU POUR LES PETITES CHOSES

 

Dieu s'intéressa aux enfants, et Il parla d'eux avec tout amour et toute appréciation…

Il était bienveillant envers eux, les embrassait et Il disait: "Laissez les petits enfants, et ne les empêchez pas de venir à moi; car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent" (Matt. 19:14). "Jésus, ayant appelé un petit enfant, le plaça au milieu d'eux, et dit: Je vous le dis en vérité, si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieux. C'est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux. Et quiconque reçoit en mon nom un petit enfant, comme celui-ci, me reçoit moi-même" (Matt. 18:2-5).

Il se préoccupa de la mentalité de ces petits enfants, et de ce que l'on s'éloigne de les scandaliser, et Il dit:

"si quelqu'un scandalisait un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu'on suspendit à son cou une meule de moulin, et qu'on le jetât au fond de la mer" (Matt. 18:6). Dieu se préoccupe des petits de toute espèce, soit en âge, soit dans leur spiritualité, ou dans leur sorte en général, soit dans leur minorité ou leur faiblesse. Son attention comprend tout le monde.

Il s'est préoccupé même du roseau brisé et de la mèche fumante.

Il a été de Lui dans l'Evangile: "Il ne brisera point le roseau cassé, et il n'éteindra point le lumignon qui fume" (Matt. 12:20). Il donne l'espérance à toutes les deux. Car le roseau cassé pourrait être lié et pourrait être bandé. Il pourrait envoyer un vent sur le lumignon fumant qui pourrait s'allumer.

Il donna de l'espérance et une autre occasion à l'arbre qui ne portait pas de fruits.

Quand l'axe s'était avancée pour être placée sur la tête de l'arbre, Il dit dans sa compassion: "laisse-le encore cette année; je creuserai tout autour, et j'y mettrai du fumier. Peut-être à l'avenir donnera-t-il du fruit; sinon, tu le couperas" (Luc 13:7-9). Il ne désespéra pas même de celle-là qui avait demeuré trois années sans fruit.

Il apprécie même la petite fourmi, et Il la présente comme une leçon pour les êtres humains…

Il dit: "Va vers la fourmi, paresseux; considère ses voies, et deviens sage…" (Prov. 6:6) et nous disons: Qu'est-ce que cette fourmi, ô Seigneur, pour que vous la sauviez et lui donniez cette nature active, et en faire un exemple dans ce que Vous lui avez donné d'activité, d'habileté, et de capacité…?! C'est comme si Dieu nous répondait en disant:

Ne pensez pas que je suis le créateur seulement des monstres, mais j'ai créé aussi les insectes et les moustiques, et je prends soin de celles-ci et de celles-là… Je me préoccupe même des oiseaux dont on vend deux pour un seul sou. Je donne de la nourriture aux petits des corbeaux qui crient vers moi (Ps. 147:9). Le Seigneur est étonnant, Il crée ces petites choses et s'en préoccupe. Plutôt Il se préoccupe même du ver qui marche sous une pierre, et du lys qu'Il revêt mieux que Salomon dans toute sa gloire (Matt. 6:29).

Il nous donne un exemple de la foi et du royaume des cieux dans le grain de sénevé qui est le plus petit parmi les grains.

Il dit: "Le royaume des cieux est semblable à un grain de sénevé qu'un homme a pris et semé dans son champ. C'est la plus petite de toutes les semences; mais, quand il a poussé, il est plus grand que les légumes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches" (Matt. 13: 31-32). Il dit aussi: "Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne: Transporte-toi d'ici là, et elle se transporterait; rien ne vous serait impossible" (Matt. 17:20).

Ne perdez donc pas votre espérance, même si votre foi était aussi petite qu'un grain de sénevé.

Il pourrait grandir et devenir un arbre dans lequel les oiseaux viendraient s'abriter. Dieu accepte cette foi et la bénit.

 

Et aussi: Il donne un exemple de la foi et du royaume dans la parabole qui fait lever toute la pâte. Il dit:

"Le royaume des cieux est semblable à du levain qu'une femme a pris et mis dans trois mesures de farine, jusqu'à ce que la pâte soit toute levée" (Matt. 13:33). L'apôtre saint Paul a cité cette parabole quand il dit aux Galates: "Un peu de levain fait lever toute la pâte" (Gal. 5:9). Ne perdez donc pas votre espérance quelle que petite que soit votre foi, car Dieu accepte ce qui est peu et le bénit afin qu'il soit beaucoup.

Dieu a donné de l'espérance dans son royaume, même aux estropiés et aux boiteux…

Il dit à son serviteur après avoir préparé le grand dîner: "Va promptement dans les places et dans les rues de la ville, et amène ici les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux" (Luc 14:21). Plutôt Il dit comme un commandement: "Mais, lorsque tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles. Et tu seras heureux de ce qu'ils ne peuvent pas te rendre la pareille" (Luc14:13-14)….. Si donc, vous êtes combattu par le désespoir, souvenez-vous de tous ceux-là qui n'ont rien, et que le Seigneur accepta sans rien en échange….. Là, nous mentionnons une remarque importante dans le miracle des cinq pains et des deux poissons:

C'est que Dieu prit soin des morceaux, et Il ordonna de les ramasser, et les apôtres les portèrent…

Peut-être vous direz: Puissé-je être un pain dans la main du Seigneur, qu'Il bénit et en nourrit les milliers. Et ainsi il me serait possible d'être utile à quelque chose dans le service! Je vous dirai: Même si vous n'êtes pas un pain, et que vous soyez un simple morceau jeté par terre qui ne trouve pas quelqu'un qui le mange… vous entendrez la parole du Seigneur: Ramassez les morceaux. Il viendra un temps quand vous pourrez rassasier les autres. Donc, si vos actions spirituelles sont faibles, dites-Lui humblement: Faites-moi entrer, Seigneur, avec les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux, dans votre royaume. Et comme vous aviez pris soin de ramasser les morceaux dans le miracle des cinq pains et des deux poissons, comptez-moi comme l'un de ces morceaux, et que vos apôtres me prennent avec eux dans leurs corbeilles et leurs paniers. Moi, Seigneur, je suis l'un de ces morceaux, rassemblez-moi dans votre panier béni.

Ne pensez pas que vous devez monter en haut, afin de rencontrer Dieu.

Mais plutôt, plus vous sentez que vous n'êtes rien, et que vous ne méritez absolument rien, et votre cœur tombe vers le bas, là-bas vous rencontrerez Dieu. Ainsi, plus vous descendez vers le bas, plus vous monterez en haut.

En vérité, l'homme monte en descendant, et descend en montant…

En cela, le Seigneur dit: "quiconque s'élève sera abaissé, et quiconque s'abaisse sera élevé" (Luc 14:!1).

A propos de sa préoccupation des petits, Il a donné trois paraboles dans le chapitre qui traite de son acceptation et de sa recherche des repentants (Luc 15).

Le retour de l'enfant prodigue avec un cœur contrit, fut rencontré par le Seigneur avec une grande joie, et plusieurs récompenses… Que dire à propos de la brebis perdue? Qui est celui qui peut remarquer qu'il n'y a que 99 brebis, quand il regarde une bergerie où il y en avait 100; puis il cherche celle qui manque jusqu'à ce qu'il la trouve et la porte joyeusement sur ses épaules. Plutôt qui se préoccupereait d'un seul denier perdu, et qui demeurerait à le chercher jusqu'à ce qu'il le trouve, et qui se réjouirait de ce qu'il l'a trouvé. Est-ce que cela ne vous donne pas l'espérance dans l'œuvre de Dieu pour vous! Il vous cherche, même si vous ne le cherchez pas….

La préoccupation de Dieu pour la petite ville de Bethléem entre dans sa préoccupation pour les petites choses.

Celle-là dont l'intuition divine dit: "Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n'es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, car de toi sortira un chef qui paîtra Israël, mon peuple" (Matt. 2:6).

 

Le choix de Léa qui n'était pas aimée, et qui avait les yeux délicats (Gen.29: 17, 31).

Cette Léa qui était de petite valeur et de petite position par rapport à sa sœur Rachel, c'est elle que le Seigneur choisit pour devenir la mère de Juda, la tribus des rois, et mère de Lévi, la tribus des sacrificateurs, et grande mère du Christ qui est venu de sa postérité, et non pas de la postérité de Rachel… Le Seigneur choisit Rahab l'adulteresse, et aussi Thamar, parmi la succession des générations, et Il choisit Ruth la moabite aussi, parmi la succession des générations. (Matt. 1: 3,5,)… Il choisit Marie-Madeleine qui avait été possédée par sept démons, pour devenir l'annonciatrice de la Résurrection aux apôtres (Marc 16: 9-10). Il choisit la poussière pour en faire son image et sa ressemblance. Ne désespérez donc pas de l'œuvre de Dieu avec vous et de son choix de vous.

C'est Lui qui "De la poussière Il retire le pauvre, du fumier. Il relève l'indigent, pour les faire asseoir avec les grands, avec les grands de son peuple" (Ps. 113: 7-8).

Donc Dieu est capable de te relever quelque soit ton état, plutôt Il te relève aussi pour te faire asseoir avec les grands de son peuple. N'est-ce pas Lui qui ne méprise ni un roseau cassé, ni un lumignon qui fume, et qui nous ordonne d'encourager ceux qui sont abattus, et de soutenir les faibles et d'être patients envers tout le monde (1Thess. 5:15). Combien belle est la parole de l'Ecriture: "Fortifiez donc vos mains languissantes et vos genoux affaiblis" (Hébreux 12:12). Même si vous êtes de cette sorte, Dieu ne vous négligera pas, mais Il vous enverra celui qui vous fortifiera…

Prenez plutôt sa préoccupation pour l'oiseau comme un exemple de sa préoccupation pour vous.

Il dit: "Ne vend-on pas deux passereaux pour un sou? Cependant il n'en tombe pas un à terre sans la volonté de votre Père" (Matt. 10:29). Celui qui s'intéresse au passereau, s'intéressera indubitablement à vous aussi. C'est pourquoi Il dit tout de suite après: "Et même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Ne craignez donc point: vous valez plus que beaucoup de passereaux" (Matt. 10: 30-31). Le Seigneur admire la foi des oiseaux qui ont la confiance que Dieu les nourrira, et Il dit en cela: "Regardez les oiseaux du ciel: ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n'amassent rien dans des greniers; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux? (Matt. 6:26). Ainsi, Il mentionne les petits des corbeaux quand ils crient, et Il les donne en exemple (Ps.147:9).


Il se préoccupe du ver qui marche sous la pierre, et lui donne sa nourriture…..

Combien à plus forte raison, vous donnera-Il la nourriture de l'âme, et la nourriture du corps aussi. L'homme n'est-il pas meilleur que plusieurs vers?! Dieu utilisa le petit ver pour donner une leçon au prophète Jonas, quand il le fit venir pour piquer le ricin (Jonas 4:7). Il est bon que ce ver a été cité dans la Sainte Bible en accomplissant une mission qui conduisit à la repentance d'un prophète.


5. DIEU S'INTERESSE A LA PETITE ACTION


Il n'oublie pas le verre d'eau froide que vous présentez à quelqu'un qui a soif.

Il dit en cela: "Et quiconque donnera seulement un verre d'eau froide à l'un de ces petits parce qu'il est mon disciple, je vous le dis en vérité, il ne perdra point sa récompense" (Matt. 10:42). Un simple verre d'eau qui ne vous causera pas de fatigue, et qui ne vous coûtera rien, sa récompense ne sera perdue.

Il y a des actions que vous faites et que vous oubliez parce qu'elles sont minimes. Dieu ne les oublie pas.

Même si à vos yeux elles n'ont pas de valeur, elles ont leur valeur chez Dieu, et Il vous récompensera pour elles au jour du Jugement. Vous faites bien de les oublier afin de recevoir votre entière récompense là-bas.

Le Seigneur loua la reine du Midi simplement parce qu'elle avait visité Salomon.

Il dit: "La reine du Midi se lèvera, au jour du Jugement, avec cette génération et la condamneront, parce qu'elle vint des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, et voici, il y a ici plus que Salomon" (Matt. 12:42). Il loua de la même façon la veuve de Sarepta dans le pays de Sidon parce qu'elle avait donné l'hospitalité au prophète Elie au temps de la famine (Luc 4: 25-26).

Le Seigneur n'oublia pas la visite de Nicodème, malgré qu'elle pendant la nuit, et avec crainte…

Il permit que cette visite soit enregistrée dans l'Evangile (Jean3). Le Seigneur bénit et agrandit cette foi craintive et cachée de Nicodème à tel point qu'Il lui permit de l'envelopper dans le linceul; et Nicodème est devenu dans la suite l'un de ceux qui sont renommés parmi les chrétiens, et il devint un bon soldat dans le domaine du service…

Le Seigneur n'oublia pas que Zacchée avait simplement surmonté un sycomore pour le voir.

Probablement Zacchée ne sentait pas que cette action était une grande action que le Seigneur récompenserait, mais Dieu qui se préoccupe de toute action quelle que petite qu'elle soit, s'arrêta et appela Zacchée, et entra dans sa maison et Il lui dit: "Le salut est entré aujourd'hui dans cette maison, parce que celui-ci est aussi un fils d'Abraham" (Luc 19:9). Est-ce qu'il était venu à l'esprit de Zacchée que le Seigneur apprécierait sa montée sur un sycomore, toute cette appréciation?! Ou bien c'est le Seigneur qui se préoccupe de l'action quelle que petite qu'elle soit.

Il n'oublia absolument pas une expression d'humilité qu'avait prononcé la femme cananéenne.

Il la loua en lui disant: "ta foi est grande; qu'il te soit fait comme tu veux. Et, à l'heure même, sa fille fut guérie" (Matt. 15:28). De même, Il n'oublia pas que son peuple l'avait simplement suivi dans le désert (Jér. 2:2) malgré qu'ils murmuraient et qu'ils avaient le cœur dur. Il dit à son peuple:

"Je me souviens... quand tu me suivais au désert" (Jér. 2:2).

Il dit cela malgré les fautes de ce peuple dans le désert, et malgré son murmure et son reniement… mais le Seigneur n'oublia pas que ce peuple l'avait simplement suivi pour l'adorer dans le désert .

Il dit à ses apôtres: "Vous, vous êtes ceux qui avez persévéré avec moi dans mes épreuves" (Luc 22:28),

malgré que leur persévérance était faible, ceux-là qui n'avaient pas pu veiller une heure avec Lui (Matt.26:40); et dont certains eurent peur et s'enfuirent…….lors de son arrestation; et Pierre qui l'avait renié trois fois; et personne, sauf seulement un, qui est Jean, ne se tenait avec lui , quand Il s'était sur la croix. Néanmoins, simplement leur marche derrière Lui et leur ténacité à le considérer comme leur maître, tout cela qui était à leurs yeux peu de chose, le Seigneur ne l'oublia absolument pas, de la même manière.

Le Seigneur loua ceux qui étaient venus à la onzième heure,

malgré qu'ils étaient venus à la fin de la journée, et qu'ils n'avaient travaillé qu'une seule heure. Mais malgré cela, Il accepta d'eux cette heure, et leur donna un salaire comme les autres, et Il ne refusa pas cette heure, mais plutôt Il la loua, car au moins elle prouve qu'ils produisaient du fruit et qu'ils étaient capables de travailler.

Il accepta aussi les deux sous de la veuve, comme Il avait accepté le peu de choses de ceux-là.

Il la loua, et Il dit qu'elle avait donné plus que tous, parce qu'elle avait donné "tout ce qu'elle avait pour vivre" (Marc 12:44). Les deux sous pourraient être quelque chose d'insignifiant, mais de donner tout ce qu'elle avait pour vivre c'est une très grande chose chez Dieu, quelle que soit la quantité donnée.

C'est pourquoi si vous priez simplement quelques minutes du temps que vous avez pour vos besoins, Dieu acceptera votre prière.

Si vous aviez très peu de temps, et que vous ne trouviez que quelques instants dans lesquels vous éleviez votre cœur vers Dieu, ne vous sentez pas petit, et ne perdez pas votre espérance parce que vous n'avez pas pu prier comme il le faut! Non, Dieu examine le cœur et connaît votre condition, et Il sait si cela est dû à la négligence ou à l'indifférence, ou bien vous donnez le temps dont vous avez besoin.

La prière du publicain était très courte, une seule phrase, et Dieu l'accepta…et ce publicain "descendit dans sa maison justifié", plutôt que le pharisien (Luc 18: 9-14), parce qu'il priait de son cœur, avec humilité, et n'osait pas lever son regard vers le haut. C'est alors que la seule phrase qu'il avait dite, était chez Dieu très précieuse et elle Lui était très chère. Dieu ne lui demanda pas un long programme spirituel qui serait au-dessus de son niveau, comme les saints le font, mais le Seigneur se suffit de la contrition du publicain…

De même, Dieu accepta la repentance que le larron de droite avait présenté dans les dernières heures de sa vie (Luc 23:43)…….; et fut satisfait de ce qu'Il avait considéré comme confession de la samaritaine, malgré qu'elle n'avait pas expliqué toutes choses (Jean, chap.4);et Il loua l'économe infidèle, malgré ses fautes, simplement pour sa préoccupation de son avenir (Luc 16:8).

Ne désespérez pas si votre œuvre spirituelle est faible et si votre fruit est peu de choses.

Ne dites pas: "Il n'y a aucun profit, je n'ai rien réalisé", en vous désespérant pour cela. Sachez que Dieu n'oublie aucune petite œuvre que vous auriez faite et que vous auriez peut-être oubliée. Il n'oublia pas pour la reine du Midi qu'elle avait voyagé pour entendre la sagesse de Salomon, et à cause de cette action qui paraît simple, Il dit qu'elle se lèvera au jour du Jugement et qu'elle condamnera cette génération. (Matt.12:42). Considérez la parole de saint Jean Chrysostome sur la préoccupation de Dieu pour une petite action:

"Dieu cherche une raison pour votre salut, même si ce n'est qu'une seule larme…"

Vraiment, Dieu est satisfait de peu de choses, tant que cela est avec un bon esprit, et tant que l'homme est incapable d'en faire plus. Dieu saisit ce peu de choses et le développe et le rend beaucoup. Ne désespérez donc pas, et ne laissez pas le démon vous tenter disant: Qu'est-ce que vous avez fait, voici, Dieu demande que vous soyez parfait. (Matt. 5:48)!

Oui, Dieu demande la perfection, mais Il ne vous demande pas plus que ce que vous pouvez faire.

Il tient compte de votre capacité et de votre situation; et Il accepte que vous avanciez graduellement… L'important c'est que vous marchiez dans la voie, et non pas que vous soyez arrivé à sa fin. Il vous donne l'occasion, et Il a beaucoup de patience envers vous, afin de vous conduire à la pénitence.

Mais la patience de Dieu ne nous rend pas négligent ou paresseux!

Notre peu de fruits ne signifie pas que nous en soyons satisfaits ou que nous nous en suffisons! Non, mais que nous fassions des efforts et que nous nous développions, cependant dans l'espérance, sans perdre courage, et plutôt en demandant à Dieu de fortifier notre faiblesse, et de nous accorder la grâce et l'aide afin d'accomplir en tout temps ce qui Lui est agréable…

Du même auteur

La date de célébration de Noël

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos

La foi des témoins de Jéhovah réfutée

Le monde qui change et la spiritualité chrétienne

Les fils de Dieu et les filles des hommes

Toutes Choses concourent au Bien

Sans que nous le demandions

N’hésitez pas entre les deux côtés

Le Christ avant l’âge de trente ans

Les femmes pécheresses dans la généalogie de Jésus

Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands

Les trois personnes qu’Abraham reçut

Comment résoudre les problèmes

De la fidélité dans les petites choses

Une alliance entre Dieu et l’homme

C'est Dieu qui commence

Consacrez un jeûne

Le Doute

Dieu est Compatissant et Bienveillant

Et cette génération est passée

Déclaration commune avec l'Eglise Orthodoxe byzantine (1989)

La Sainte Vierge

Tu peux tout... Rien ne s'oppose à tes pensées

Elisabeth ta parente

Le Christ est venu répandre la Vie Spirituelle

Déclaration commune de foi christologique entre les papes Paul VI et Shénouda III (1973)

Comment se comporter avec les gens

Notre responsabilité envers cette génération

Le Sens de la Résurrection

Vie de Pénitance et de Pureté

La Politique de l’Eglise Copte dans les Pays d’Emigration

Consolez ceux qui sont abattus, Supportez les faibles...

Dieu cherche notre Salut

Coeurs Durs et Coeurs Tendres

Elan de l'Ame

La généalogie à travers Joseph

Méditations dans le Cantique « Je l'ai cherché, et je ne l'ai point trouvé. »

Les fautes de la parole

Le calme

Fils de David, Fils d’Abraham

Les bâtisseurs du Royaume

La Colère

Une porte était ouverte dans le ciel

Le Jeûne et le Repentir

Le blasphème contre l’Esprit-Saint

Fruits de l'Esprit : La douceur, la bonté et la patience

L'Eglise Copte est unique dans ce qui la caractérise de toutes les Eglises du monde.

Attendez le Seigneur

Le lien entre les deux Testaments

La Reconnaissance et la Fidélité

La Famille dans la Bible

Accord christologique avec l'Eglise Catholique (1988)

Nombre de générations

Les femmes célèbres dans la Bible et l’Histoire

Les jours de la création et l’opinion des géologues

Fidélité, Sérieux et Minutie

Mieux vaut la fin d'une chose que son Commencement

La Sagesse et le Discernement

La montée et la descente dans la généalogie de Jésus

Non de la lettre mais de l’Esprit, car la lettre tue et l'Esprit vivifie.

Créateur du bien, Créateur du mal ?

L’iniquité des pères et leurs enfants

Je te Garderai partout tu iras, et je te ramenerai dans ce pays

L'Espérance

Les sept paroles sur la Croix

Nos Martyrs de El Kocheh

Spiritualité des Fêtes

Dieu agit avec nous

Vous ne vous appartenez point à vous-mêmes car vous avez été rachetés à un grand prix

Saints Pierre et Paul : leurs différences

Soyez fermes, inébranlables

Satan, son Origine, sa Chute, son Travail, sa Tromperie et sa Fin

Les Anges

Vie de foi

Le Pape Chenouda III