Les fautes de la parole sont abondantes, et il m’est difficile de les compter. Mais ici, je voudrais simplement les classifier et les diviser en genre à fin que le lecteur puisse les saisir…

 

La langue

La voix haute, aiguë ainsi que les cris sont considérés comme les fautes de la parole. Surtout si cela a lieu dans une conversion privée et que la situation ne le mérite pas. Et si, de surcroît, le ton de la voix provoquée marque l’irrespect.

On a dit du Seigneur : « Il ne cherchera pas de querelles, il ne poussera pas de cris, on n’entendra pas sa voix sur les places » (Matthieu 12 : 19)

Sa conduite est pour nous un exemple à suivre. Quand le prophète Elie a fui la reine Jsébal qui voulait le tuer, le Seigneur lui a parlé de l’Horeb. On a raconté qu’un vent soufflait et fracassait les rochers « Le Seigneur n’était pas dans le vent ». « Après le vent, il y a eu un tremblement de terre ; le Seigneur n’y était pas. » « Après le tremblement de terre ; il y eut un feu, le Seigneur n’était pas dans le feu ». Une voix s’adressa à lui « Pourquoi es-tu ici, Elie ? » (1Rois 19 : 12)

La voix basse et douce est un exercice auquel on doit s’accoutumer. Par contre, la voix haute et aiguë ne convient pas à une personne spirituelle et surtout si elle s’adresse à une personne plus âgée ou plus petite et qui s’attend à un certain degré de sympathie dans la conversation établie.

Apprenons la façon dont le Seigneur s’est adressé tendrement à la Samaritaine (Jean).

L’Orgueil

L’orgueil, la fierté et le sentiment de supériorité en parlant sont des fautes de la parole.

Celui qui parle sur ce ton doit se rappeler de la parole de l’évangile « Avant la ruine, il y a l’orgueil ; avant le faux pas, l’arrogance » (Proverbes 16 : 18)

Parmi les fautes de la parole qui prouvent l’orgueil : les séries d’ordres et d’interdictions et l’absence des termes de politesse tel que : s’il vous plait, excusez moi…

La personne qui a recours au grondement et à l’insulte comme réaction à toute faute simple, passagère ou inconsciente est fautive.

Les paroles menaçantes telles que : « je te ferai tel et tel acte… » sont aussi comptés parmi les fautes de la parole.

Le mensonge

Le mensonge, ses degrés et ses variantes sont considérés comme des fautes de la langue :

L’exagération qui n’est pas une honnêteté totale a ses préjudices. Le recours à l’expression « tous » est une exagération. Des locutions comme « Tous les gens partagent ce point de vue » ou « toute la population de ce pays est avare » reflètent l’exagération.

Les vérités imparfaites sont un mensonge : « Les vérités imparfaites nuisent aux vérités parfaites » c’est la raison pour laquelle au témoin d’un procès on lui demande de dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité.

L’inexactitude est à la limite considérée comme un mensonge puisqu’elle peut insinuer un sens autre que celui déjà visé.

Le parti pris et ses jugements injustes sont considérés comme des fautes de la parole.

« Justifier un coupable ou faire passer pour coupable un juste sont tous deux en horreur au Seigneur » (Proverbes 17 : 15)

Parce que chacun des deux actes est une déviation de droit même si son auteur prétend qu’il s’en sert pour la défense d’un autre.

Le faux témoignage est un défaut de la parole que le Seigneur a condamné : « Tu ne témoigneras pas à tort contre ton prochain » (Deutéronome 5 : 20)

Ce qui est plus dur c’est la culpabilité des innocents et les jugements injustes qu’elle entraîne. Comme l’acte commis par Akhab et sa femme Jésabel : ils ont accusé injustement Naboth tout en ayant recours a deux faux témoins et aboutissant ainsi à sa mort suite à laquelle ils se sont accaparés de sa vigne. (1Rois 21 : 1-16)

Le détournement et l’ambiguïté de la parole ainsi que le sentiment du dévoilement d’une vérité déjà absente que notre auditeur peut ressentir sont considérés comme des fautes de la parole.

La ruse et l’égarement qui émanent surtout des adjoints des présidents : nombreux sont les présidents qui ont commis des fautes graves à cause de l’égarement de ceux qui les entourent.

La flatterie, l’hypocrisie, le compliment qui n’est pas sincère et la conviction de l’autre de l’exactitude de ses faux actes, tous sont des fautes de la parole.

La conversation qui reflète en apparence l’amitié et qu’au fond elle ne l’est pas est une faute de la langue.

Dans l’évangile certains causeurs sont caractérisés par le fait de « n’avoir qu’une seule parole » (1 Timothée 3 : 8)

« Oui, les lèvres de la dévergondée distillent le miel et sa bouche est plus onctueuse que l’huile. Mais, en fin de compte, elle est amère comme l’absinthe. » (Proverbes 5 : 13)

Contre la politesse de la conversation

L’interruption de locuteur pour prendre la parole, la monopolisation de la parole, la querelle dépourvue de conséquence positive, l’opiniâtreté, l’amour de l’appropriation de la conversation sont des défauts interactifs.

Les paroles impolies

La conversation qui traite explicitement et ouvertement de détails sexuels blesse les vierges. Nous remarquons que dans son entretien avec la femme samaritaine, Jésus lui a dit « tu en as eu cinq et l’homme que tu as maintenant n’est pas ton mari » (Jean 4 : 18)

Le Seigneur a eu recours au terme « maris » quoiqu’ils ne le l’étaient pas évitant de la sorte la description de leur relation incorrecte avec elle pour ne pas la choquer.

De la même façon il a dit : « il n’est pas ton mari ». Dans toute conversation, le choix des expressions requises.

Les anecdotes impolies, les messes basses, les paroles provocantes comme celles par lesquelles un jeune essaie d’attirer une fille sont parme les fautes de la parole.

Les paroles des débauchés dont l’évangile dit « Leur gosier est un sépulcre béant… » (Romains 3 : 13), les paroles indécentes, insolentes, les mauvaises plaisanteries et le style irrespectueux sont des fautes de parole.

La perte du temps des autres

La conversation banale, inutile, la loquacité, le recours au long discours monotone pouvant être dit en une phrase, les détails nombreux, les introductions abondantes qui obligent l’auditeur à répliquez par « soyez bref ».

Les répétitions, l’élocution imprévues et sans arrêt, le lancement dans une conversation continue avec une personne inconnue, les coups de fil passés à une personne occupée sont des fautes de la parole.

Les longues visites et la perte du temps qu’elles entraînent. M. Makram Ebeid a dit à certains de ces invités : « Soyez les bienvenues, vous vous mettez à votre aise et vous ne sortez pas facilement ».

Le Seigneur a dit : « les hommes rendront compte au jour du jugement de toute parole sans portée qu’ils auront proférée » (Matthieu 12 : 36)

Toutes parole sans portée est vraiment une faute. Saint Macaire le Grand disait aux moines après leur sortie de l’église « la fuite mes frères, la fuite ». Ils lui demandaient « Où fuir, puisque nous nous sommes séparés du monde ? » Alors il mettait sa main sur sa bouche et disait « De ça, il faut fuir » c'est-à-dire de la parole. Donc chaque mot qui rend l’âme froide, le bavardage pendant les prières à l’église est d’un côté un empêchement au prieur et de l’autre c’est l’irrespect du moment de la prière.

Aussi le bavardage qui perturbe le travail est une faute de la parole.

Le dédain

Les injures dont le Seigneur a dit « Celui qui dira à son frère « Imbécile » sera passible de la géhenne de feu » (Matthieu 5 : 22), de même l’apôtre a dit « les calomnieux n’hériteront pas du royaume de Dieu » (1Corinthiens 6 : 10).

La médisance est les mauvais propos tenus sur quelqu’un en son absence.

La divulgation est la publication de plusieurs mauvais actes commis par une personne devant les gens. Et si cela s’effectue dans un journal, on l’appelle un éclatement en invectives.

Les injures rentrent dans le péché de la rétribution et surtout si elles qualifiaient une personne. Il y a une différence entre dire d’une personne qu’elle a menti (dans une situation précise) et dire qu’elle est une menteuse. Ce dernier jugement vise un caractère pour toute une vie.

Dans son sermon sur la montagne, le Seigneur a dit : « Ne vous posez pas en juges, afin de n’être pas jugés, car c’est de la façon dont vous jugez qu’on vous jugera, et c’est la mesure dont vous vous servez qui servira de mesure pour vous » (Matthieu 7 : 12)

Ces paroles sont confirmées dans le proverbe suivant : « Celui qui tamise les gens est trié ».

Parmi l’insulte, nous avons aussi : le mépris, l’abaissement, comme le fait d’appeler un homme en lui disant « Garçon », le doute en une personne qui peut nuire à sa réputation, l’indiscrétion et en enfin la malédiction.

Les paroles offensantes

On peut blesser les sentiments d’une personne par des paroles offensantes telles que : l’ironie, l’attaque, la moquerie et les paroles blessantes : « Une parole blessante fait monter l’irritation » (Proverbes 15 : 1)

Parmi les paroles offensantes : la torture. Job a dit « Voilà dix fois que vous m’insultez » (Job 19 : 3)

Le reproche ainsi que certains types de paroles décrits dans le psaume comme des lances.

La réjouissance du mal d’autrui, comme les paroles adressées par Shiméï, fils de Gèra au roi David fuyant son fils Absalom (2Samuel 16 : 7,8) et enfin toute parole qui embête l’auditeur tout en continuant à ne pas respecter ses sentiments.

Paroles contre soi

Les paroles qui reflètent l’ignorance du locuteur : « Même un fou, s’il se tait, peut être pris pour un sage » (Proverbes 17 : 28), et s’il parle il se dévoile.

Le non expert qui traite de tout : la science, la politique, la guerre, la philosophie…

La prétention du savoir comme le fait de répondre à toute question posée sachant que la meilleure réponse serait « Je ne sais pas ». Saint Antoine a posé une question à trois de ses disciples concernant l’explication d’un verset. Deux d’entre eux ont répondu. Quant au troisième, Amba Joseph, il a dit « Je ne sais pas ». Alors Saint Antoine lui a dit « Gloire à toi Amba Joseph parce que tu as pu parvenir à dire « je ne sais pas ».

L’empressement pour parler sans penser, ce qui aboutira à la production de nombreuses fautes qui seront reprochées. C’est pour cela que le disciple Saint Jacques a dit : « Pourtant, que nul ne néglige d’être prompt à écouter, lent à parler, lent à se mettre en colère ». (Jacques 1 : 19)

Que de fois, le disciple Saint Pierre se hâtait pour parler et il fautait, rappelons-nous ce qui est arrivé durant le lavement des pieds (Jean 13 : 6-10) et ce qu’il a dit au Seigneur « Dieu t’en préserve » (Matthieu 16 : 22,23)

Les paroles violentes et les cris qui nuisent à la réputation de la personne « Car la colère de l’homme ne réalise pas la justice de Dieu ». (Jacques 1 : 19)

La parole qui n’est pas dite à propos est inacceptable. Salomon le sage a proféré cette parole concernant ce sujet : « des pommes d’or avec des motifs d’argent, telle une parole dite à propos » (Proverbes 25 : 11)

Parmi les paroles qui nuisent à soi-même : l’acte de se vanter, de se complimenter et de prendre sa propre défense comme ce qui est arrivé avec Adam et Eve (Genèse)

Diversités

Parmi les fautes de la parole : les paroles d’attaque, d’abaissement et de dureté.

La transmission des paroles et ses dangers aboutissant aux problèmes et creusant la haine entre les gens. En plus, cet acte est loin d’être considéré comme de la politesse ou de la discrétion.

L’insistance qui fatigue les nerfs, la curiosité dont use le locuteur pour poser une série de question voulant à tout prix connaître les secrets de son interlocuteur.

Le désir ou plutôt l’amour de causer au point où il s’avère difficile au parleur de s’arrêter.

Parmi les fautes de la langue : les paroles provocantes qui poussent l’auditeur au pêché.

Les faux conseils comme le conseil d’Ahitophel à Absalom visant à détruire le prophète David et ses soldats. En priant, David disant « Je t’en prie, Seigneur, rends fous les conseils d’Ahitophel » (2Samuel 15 : 32)

De même, le conseil des jeunes gens au roi Roboam, fils de Salomon, qui a abouti à la ruine du royaume et à la séparation des dix tribus car il a dit : « Mon petit doigt est plus gros que les reins de mon père ; désormais, puisque mon père vous a chargés d’un joug pesant, moi, j’augmenterai le poids de votre joug ; puisque mon père vous a corrigés avec des fouets, moi, je vous corrigerai avec des lanières cloutées » (1Rois 12 : 10,11)

Paroles contre le Seigneur

Il fallait débuter par ce point mais nous l’avons remis à la fin pour que le lecteur puisse le retenir : il englobe tout ce qui est contre la dignité de Dieu :

Le blasphème de Dieu comme celui commis par de nombreux athées.

L’acte de parjurer. Le Seigneur nous a ordonné de ne pas jurer du tout (Matthieu 5 : 33-36).

L’hérésie, le doute dans la foi.

Le faux apprentissage religieux ou spirituel.

La critique de la Bible.

Les remords contre Dieu de ses actes.

La prière des lèvres, tandis que le cœur est éloigné de Dieu, en cela Dieu a dit en reprochant : « Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi » (Matthieu 15 : 8)

Du même auteur

La date de célébration de Noël

Dieu cherche notre Salut

Déclaration commune de foi christologique entre les papes Paul VI et Shénouda III (1973)

De la fidélité dans les petites choses

Accord christologique avec l'Eglise Catholique (1988)

Les trois personnes qu’Abraham reçut

Fruits de l'Esprit : La douceur, la bonté et la patience

Le monde qui change et la spiritualité chrétienne

Les Anges

Vous ne vous appartenez point à vous-mêmes car vous avez été rachetés à un grand prix

Les femmes célèbres dans la Bible et l’Histoire

Les femmes pécheresses dans la généalogie de Jésus

L'Eglise Copte est unique dans ce qui la caractérise de toutes les Eglises du monde.

Créateur du bien, Créateur du mal ?

Je te Garderai partout tu iras, et je te ramenerai dans ce pays

Les bâtisseurs du Royaume

Comment se comporter avec les gens

Comment résoudre les problèmes

Méditations dans le Cantique « Je l'ai cherché, et je ne l'ai point trouvé. »

L'Espérance

La Reconnaissance et la Fidélité

La Colère

Tu peux tout... Rien ne s'oppose à tes pensées

Déclaration commune avec l'Eglise Orthodoxe byzantine (1989)

Dieu agit avec nous

La Sagesse et le Discernement

Consacrez un jeûne

Fidélité, Sérieux et Minutie

Une alliance entre Dieu et l’homme

La foi des témoins de Jéhovah réfutée

Les fils de Dieu et les filles des hommes

Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands

Mieux vaut la fin d'une chose que son Commencement

Soyez fermes, inébranlables

C'est Dieu qui commence

Saints Pierre et Paul : leurs différences

Préoccupation de Dieu pour les petites choses

La Famille dans la Bible

La Sainte Vierge

La Politique de l’Eglise Copte dans les Pays d’Emigration

Le Christ est venu répandre la Vie Spirituelle

Fils de David, Fils d’Abraham

Le Pape Chenouda III

Coeurs Durs et Coeurs Tendres

Attendez le Seigneur

Consolez ceux qui sont abattus, Supportez les faibles...

Non de la lettre mais de l’Esprit, car la lettre tue et l'Esprit vivifie.

Les sept paroles sur la Croix

La montée et la descente dans la généalogie de Jésus

Et cette génération est passée

Spiritualité des Fêtes

L’iniquité des pères et leurs enfants

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos

Le Sens de la Résurrection

Le blasphème contre l’Esprit-Saint

Le calme

Elan de l'Ame

Le lien entre les deux Testaments

Le Christ avant l’âge de trente ans

Le Doute

Toutes Choses concourent au Bien

Le Jeûne et le Repentir

Une porte était ouverte dans le ciel

N’hésitez pas entre les deux côtés

Vie de Pénitance et de Pureté

Satan, son Origine, sa Chute, son Travail, sa Tromperie et sa Fin

Vie de foi

Les jours de la création et l’opinion des géologues

La généalogie à travers Joseph

Dieu est Compatissant et Bienveillant

Nos Martyrs de El Kocheh

Notre responsabilité envers cette génération

Nombre de générations

Elisabeth ta parente

Sans que nous le demandions