Ainsi parlait l’Apôtre: « Soyez fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l’oeuvre du Seigneur, sachant que votre travail ne sera pas vain dans le Seigneur » (1 Corinthiens 15:58).



Il parlait de la persévérance dans le service de l’Eglise, afin que le servant ne commence pas son service avec fougue et enthousiasme, pour laisser ensuite s’installer la démotivation et la lassitude, et finir dans une vieillesse précoce !

La phrase « soyez fermes, inébranlables » recouvre de nombreuses situations:

Elle recouvre la relation avec Dieu, avec les autres et avec sa vie intérieure. En toutes ces situations il convient d’être ferme, fort, inébranlable, difficilement perturbable ou influençable, sans faiblesse, sans désespoir et sans peur.

Nous aborderons ce sujet sous plusieurs aspects:

Fermes dans la foi et la doctrine

Nous devons être fermes et inébranlables dans notre foi, hors de portée des doutes semés par certaines sectes telles que les Témoins de Jéhovah ou les adeptes du 7ème jour. Nous ne devons pas être facilement influençables, laissant un livre changer nos opinions, ou un débat semer en nous le doute et ébranler notre foi. Nos opinions ne doivent pas être changeantes au gré des lectures, des discussions ou des brochures véhiculant des idées contraires à notre foi. C’est ce qui arrive aux hommes à la personnalité faible, à la foi incertaine ou à la connaissance douteuse.

Comme exemple de foi ébranlée, nous pouvons citer Démas, le disciple de Saint Paul l’Apôtre. Démas était l’un des aides de ce grand apôtre, son associé dans le service et son compagnon dans la prédication. Saint Paul l’a mentionné dans certaines de ces épîtres. Dans l’épître à Philémon, il l’a même cité avant Saint Luc (Philémon 24), puis dans la deuxième épître à Timothée, il constate: « Démas m’a abandonné par amour pour le siècle présent ... » (2 Timothée 4:10).

D’autres ont imité Démas, Saint Paul les décrit ainsi: « Car il en est plusieurs qui marchent en ennemi de la croix de Christ, je vous en ai souvent parlé, et j’en parle maintenant encore en pleurant. Leur fin sera la perdition; ils ont pour dieu leur ventre, ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte, ils ne pensent qu’aux choses de la terre » (Philippiens 3:18 19).

Parmi ceux-là, nous pouvons aussi citer Nicolas, mentionné dans l’Apocalypse. Il y est dit qu’il était l’un des sept diacres décrits dans les Actes des Apôtres comme étant remplis de l’Esprit Saint et de sagesse. (Actes 6:3 5).

Nicolas s’est séparé de l’Eglise et a constitué la secte des « Nicolaïtes ». Le Seigneur parle d’eux dans l’Apocalypse dans sa lettre à l’Eglise de Pergame: « De même, toi aussi, tu as des gens attachés pareillement à la doctrine des Nicolaïtes » (Apocalypse 2:15).

C’est pour cela que la Bible nous dit « Soyez fermes, inébranlables », tels la maison construite sur le roc.

Le Seigneur a comparé l’homme qui entend Ses paroles et les met en pratique à « un homme qui, bâtissant une maison, a creusé profondément, et a posé le fondement sur le roc. Une inondation est venue, et le torrent s’est jeté contre cette maison, sans pouvoir l’ébranler, parce qu’elle était bien bâtie (Luc 6:48).

Ainsi, l’homme fort dans sa foi est comme la maison bâtie sur le roc. Quelque soient les doutes qui l’attaquent de l’extérieur, ceux-ci ne pourront l’ébranler. S’il venait à faiblir, il retournerait aux sources fortes de l’Eglise qui raffermiraient sa foi.

Quelques disciples, ayant entendu Le Christ parler de la communion de Son Corps et Son Sang « se retirèrent et n’allèrent plus avec Lui » (Jean 6:66), contrairement aux douze qui Lui ont dit « A qui irions-nous? Tu as les paroles de la vie éternelle » (Jean 6:69).

Saint Athanase est un exemple de fermeté dans la foi. Il s’est dressé contre les doutes soulevés par Arius. Dans son livre « Contra Arianos » (Contre les Ariens), il répond à leur mauvaise compréhension de certains versets de la Bible, et en présente le commentaire correct.

Saint Athanase n’a été ébranlé ni par le doute ni par la grande persécution qu’il a subie, à tel point qu’il a été exilé quatre fois de son siège.

A ceux qui lui disaient « Le monde est contre toi », il répondait: « Et moi, je suis contre le monde ». C’est de là que vient son surnom « Contra Mondum ».

Il est l’exemple de la fermeté dans la foi. Non seulement il n’a pas été ébranlé lui-même, mais il a préservé sa génération et les générations suivantes.

D’autres héros de la foi, parmi les contemporains d’Athanase au quatrième siècle, sont aussi des exemples de fermeté dans la foi.

« Soyez fermes, inébranlables » non seulement dans la foi, mais aussi dans l’amour de Dieu, et dans la vie spirituelle.

Fermes dans l’amour de Dieu


L’homme spirituel est ferme dans l’amour de Dieu et inébranlable. Il est dit dans le Cantique des cantiques que « L’amour est fort comme la mort ... Les grandes eaux ne peuvent éteindre l’amour, et les fleuves ne le submergeraient pas » (Cantique 8:6,7). C’est pour cela que Le Seigneur dit: « Demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour » (Jean 15:9,10).

L’amour de certains n’est pas fort; ils peut faiblir et refroidir. Dieu le leur reproche en disant: « Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour » (Apocalypse 2:4).

Certains ont l’amour changeant. Ceux-ci ont pris Dieu pour moyen et non pour but: ils n’aiment pas Dieu pour Lui-même, mais Le considèrent comme un moyen pour atteindre leurs objectifs et exaucer leurs prières. Si Dieu leur donne, ils continuent à L’aimer, et sinon, ils s’en éloignent. Ils accusent Dieu d’être la cause de leurs problèmes et de les avoir délaissés !

Ainsi, l’élève qui n’a pas réussi son examen voit son amour pour Dieu vaciller et sa foi s’ébranler, et le malade qui prie pour sa guérison, sans résultat, voit sa relation avec Dieu se fissurer et sa confiance dans la prière entamée.

Mais l’amour fort envers Dieu est inébranlable. C’est Job qui nous en donne l’exemple, lui qui, après avoir perdu ses enfants et tous ses biens, dit: « Le Seigneur a donné, et Le Seigneur a ôté; que le nom du Seigneur soit béni! En tout cela, Job ne pécha point et n’attribua rien d’injuste à Dieu » (Job 1:21,22).

Le Peuple dans le désert est un exemple d’une relation ébranlée avec Dieu. Ils étaient avec Dieu tant qu’Il les soutenait contre Pharaon. Quand ils arrivèrent à la mer rouge, et que Pharaon les poursuivait, ils se révoltèrent et dirent à Moïse: « N'y avait-il pas des sépulcres en Égypte, sans qu'il fût besoin de nous mener mourir au désert? Que nous as-tu fait en nous faisant sortir d'Égypte? » (Exode 14:11). Quant à Moïse, son amour de Dieu était inébranlable, et il les calmait en disant: « Ne craignez rien, restez en place, et regardez la délivrance que le Seigneur va vous accorder en ce jour... Le Seigneur combattra pour vous; et vous, gardez le silence. » (Exode 14:13-14).

Après que le Seigneur les eut miraculeusement guidés dans le désert, ils commencèrent à se révolter à propos de la nourriture. Le Seigneur leur envoya alors la manne du ciel. Mais quelque temps après, ils se mirent à pleurer demandant de la viande ! Ils dirent « Nous nous souvenons des poissons que nous mangions en Égypte, et qui ne nous coûtaient rien, des concombres, des melons, des poireaux, des oignons et des aulx. » (Nombres 11:5).

Ils se révoltèrent aussi à cause de l’eau, et Dieu leur fit sortir de l’eau d’un rocher (Exode 17:2-10). Mais il continuèrent à se révolter, cherchant continuellement des prétextes: l’amour faible et incertain est celui qui conduit à la révolte contre Dieu.

Un autre exemple de relation ébranlée avec Dieu est celle du même peuple à l’époque des Juges.

En effet: « Ils abandonnèrent le Seigneur, le Dieu de leurs pères, qui les avait fait sortir du pays d'Égypte, et ils allèrent après d'autres dieux d'entre les dieux des peuples qui les entouraient; ils se prosternèrent devant eux » Pour sauver Son peuple de ceux qui les opprimaient, le Seigneur leur envoyait des juges. « Mais, à la mort du juge, ils se corrompaient de nouveau plus que leurs pères, en allant après d'autres dieux pour les servir et se prosterner devant eux » (Juges 2).

Comme exemple de relation ébranlée avec Dieu, nous pouvons aussi citer l’homme qui ne persévère pas dans la vie du repentir.

Cet homme regrette ses fautes, il se confesse, se repent et communie. Cette situation dure quelques jours, mais il ne tarde pas à retomber dans ses errements passés ou pire, si bien que l’on peut appliquer à cet homme la parole: « Le chien est retourné à ce qu’il avait vomi, et la truie lavée s’est vautrée dans le bourbier » (2 Pierre 2:22).

 

Stables dans ses relations avec les autres

 

Certaines personnes sont instables dans leurs relations avec les autres. La moindre parole, le moindre comportement suffit à ébranler une relation qui dure depuis des années.

Nous avons en exemple les amis de Job qui, l’ayant vu dans sa première épreuve, « ils élevèrent la voix et pleurèrent. Ils déchirèrent leurs manteaux et ils se jetèrent de la poussière en l’air au-dessus de leur tête » (Job 2:12). Leurs accusation injustes finissent par lasser Job qui leur dit: « Car vous, vous n’imaginez que des faussetés, vous êtes tous des médecins de néant » (Job 13:4) « Vous êtes tous des consolateurs fâcheux » (Job 16:2).

Nous avons aussi l’exemple des amis du prophète David qui l’ont abandonné quand Absalom s’est révolté contre lui. Ils se sont ligués avec Absalom pour faire périr David.

A l’opposé, nous avons des exemples d’amitiés fidèles, comme celle qui liait Jonathan, fils du roi Saül, et son ami David. Pour David, Jonathan s’est levé contre son père, le roi, et lui dit: « Que le roi ne commette pas un péché à l’égard de son serviteur David, car il n’en a point commis envers toi. Au contraire, il a agi pour ton bien ... Pourquoi pécherais-tu contre le sang innocent, et ferais-tu sans raison mourir David? » (1 Samuel 19:4,5).

Nous pouvons également citer l’amitié qui liait Ruth et Naomi. Ruth disait à sa belle-mère: « Ne me presse pas de te laisser, de retourner loin de toi! Où tu iras j'irai, où tu demeureras je demeurerai; ton peuple sera mon peuple, et ton Dieu sera mon Dieu ... Que le Seigneur me traite dans toute sa rigueur, si autre chose que la mort vient à me séparer de toi! » (Ruth 1:16-17). Naomi était sincère envers Ruth. Elle lui fit connaître Boaz qui l’a épousée, et elle devint la grand-mère du Christ.

Les raisons de l’ébranlement

 

1. La première raison est le manque de foi.

La foi forte est inébranlable. Si la foi d’une personne vient à faiblir, le doute s’introduira dans son coeur et l’ébranlera. Le psaume ne dit-il pas: « Ceux qui se confient en le Seigneur sont comme la montagne de Sion: elle ne chancelle point, Elle est affermie pour toujours » (Psaumes 125:1), et encore « J’ai constamment le Seigneur sous mes yeux; quand il est à ma droite, je ne chancelle pas » (Psaume 16:8). La Bible nous conseille: « Remets ton sort au Seigneur, et il te soutiendra, il ne laissera jamais chanceler le juste » (Psaume 55:22). A propos de l’Eglise, le psaume nous dit: « Dieu est au milieu d’elle: elle n’est point ébranlée » (Psaume 46:5). Celui qui a la foi: foi dans l’aide de Dieu, dans Sa présence et Son salut, trouve dans cette foi la force qui le rend ferme et inébranlable.

L’Eglise qui sent la présence de Dieu en son sein « au milieu des sept étoiles » (Apocalypse 3:1), est une église ferme et inébranlable et « les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle » (Matthieu 16:18).

Ainsi, si tu crois vraiment que Dieu te tient de Sa main droite, alors Il ne t’oubliera pas. Par contre tu ne trouveras que faiblesse et ébranlement si tu crois que Dieu est distant et qu’Il habite des cieux lointains. C’est ce qu’ont cru les Marxistes athées qui situaient Dieu dans une tour élevée, loin du monde et de ses problèmes, laissant l’injustice régir la répartition des richesses. C’est pour cela que leur foi s’est ébranlée ...

2. La peur est une autre cause d’ébranlement

Grâce à la force de sa foi , Pierre parvint à marcher sur l’eau avec Le Christ. Dès qu’il regarda les vagues, il prit peur et sa foi s’ébranla et il sombra dans les flots en criant. Et le Seigneur lui répondit: « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » (Matthieu 14:31).

Il existe un lien entre la faiblesse de la foi, la peur, le doute et l’ébranlement. L’un de ces facteurs peut être la cause de l’autre, ou en être le résultat, ou les deux à la fois. Le Peuple, face à la mer rouge, a pris peur et par conséquent sa foi s’est ébranlée, ou inversement: sa foi s’est ébranlée d’où sa peur. Quant à la foi de Moïse, elle ne connaissait pas de peur, elle était ferme et inébranlable, et c’est cette fermeté qui a donné au Peuple foi et courage.

Il a existé des personnes à la foi immense, ignorant la peur, tels que le prophète David qui disait au Seigneur « Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi » (Psaumes 23:4), et aussi les martyrs et les confesseurs.

3. Le désir est une autre cause d’ébranlement

Ainsi Salomon qui a reçu la sagesse de Dieu Lui-même a cédé au désir et a dit: « Tout ce que mes yeux avaient désiré, je ne les en ai point privés. » (Ecclésiaste 2:10). Puis il a succombé au désir des femmes, à tel point qu’il en eut des centaines, et il a été dit de ce « sage »: « A l'époque de la vieillesse de Salomon, ses femmes inclinèrent son coeur vers d'autres dieux; et son coeur ne fut point tout entier à l'Éternel, son Dieu, comme l'avait été le coeur de David, son père. » (1 Rois 11:4)). Le désir a ébranlé la foi de cet homme, mais Dieu l’a corrigé afin qu’il ne périsse point.

De même Samson qui « a été consacré à Dieu dès le ventre de sa mère » (Juges 13), à succombé au désir des femmes, s’est affaibli intérieurement, et a permis à son amie Dalila de percer son secret, brisant ainsi son voeu. Ces ennemis triomphèrent de lui et «Il tournait la meule » (Juges 16) comme une bête. Sa force s’était ébranlée, en premier lieu à cause du désir. En effet, que d’hommes ont été ébranlés par le désir, spirituellement et mentalement. L’envie a « fait tomber beaucoup de victimes, Et ils sont nombreux, tous ceux qu'elle a tués. » (Proverbes 7:26).

4. La faiblesse comme autre cause d’ébranlement

Lors de la crucifixion du Christ, les apôtres prirent peur, faiblirent, et leur foi s’ébranla. Après la résurrection aussi, leur foi faiblit, et ils doutèrent de la résurrection. Il ne crurent ni Marie de Magdala, ni les disciples d’Emmaüs (Marc 16:9-14). Ils ne crurent pas les femmes et « Ils tinrent ces discours pour des rêveries » (Luc 24:11). Mieux encore, quand le Christ leur apparut, ils ne crurent toujours pas à la Résurrection, et le prirent pour un esprit (Luc 24:37). C’est pour cela que le Seigneur « leur reprocha leur incrédulité et la dureté de leur coeur, parce qu'ils n'avaient pas cru. » (Marc 16:14).

Mais après la Pentecôte, la descente du Saint-Esprit leur accorda la force (Actes 1:8).

5. Une autre cause d’ébranlement: les difficultés

Les difficultés ont fait reculer les faibles. Quant aux forts tels les martyrs et les apôtres, ils étaient fermes et inébranlables. Les plus belles paroles, en la matière, ont été dites par Saint Paul: « Qui nous séparera de l'amour de Christ? Sera-ce la tribulation, ou l'angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l'épée? ... Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés (Romains 8:35-39)

6. Les attaques des démons sont aussi une cause d’ébranlement

Comme l’a dit le Christ: « Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment. (Luc 22:31). Comme exemples des combats contre Satan, nous pouvons citer Job qui a vaincu Satan (Job 1,2), et Saint Antoine dans le désert qui est resté ferme et inébranlable.

Du même auteur

La généalogie à travers Joseph

La date de célébration de Noël

Vous ne vous appartenez point à vous-mêmes car vous avez été rachetés à un grand prix

Accord christologique avec l'Eglise Catholique (1988)

Fils de David, Fils d’Abraham

Le calme

Toutes Choses concourent au Bien

Attendez le Seigneur

Notre responsabilité envers cette génération

Les fautes de la parole

Vie de foi

Sans que nous le demandions

Déclaration commune de foi christologique entre les papes Paul VI et Shénouda III (1973)

Comment résoudre les problèmes

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos

Elisabeth ta parente

Nos Martyrs de El Kocheh

Je te Garderai partout tu iras, et je te ramenerai dans ce pays

La foi des témoins de Jéhovah réfutée

Spiritualité des Fêtes

Le Jeûne et le Repentir

Consolez ceux qui sont abattus, Supportez les faibles...

Le Christ avant l’âge de trente ans

Les jours de la création et l’opinion des géologues

Nombre de générations

Dieu agit avec nous

La Politique de l’Eglise Copte dans les Pays d’Emigration

De la fidélité dans les petites choses

L'Eglise Copte est unique dans ce qui la caractérise de toutes les Eglises du monde.

Préoccupation de Dieu pour les petites choses

La Sainte Vierge

Le monde qui change et la spiritualité chrétienne

Le Pape Chenouda III

La Famille dans la Bible

Le lien entre les deux Testaments

Saints Pierre et Paul : leurs différences

Non de la lettre mais de l’Esprit, car la lettre tue et l'Esprit vivifie.

Les femmes pécheresses dans la généalogie de Jésus

L’iniquité des pères et leurs enfants

Coeurs Durs et Coeurs Tendres

L'Espérance

Dieu est Compatissant et Bienveillant

Consacrez un jeûne

La Sagesse et le Discernement

C'est Dieu qui commence

Comment se comporter avec les gens

Tu peux tout... Rien ne s'oppose à tes pensées

Créateur du bien, Créateur du mal ?

Une alliance entre Dieu et l’homme

Une porte était ouverte dans le ciel

Déclaration commune avec l'Eglise Orthodoxe byzantine (1989)

Elan de l'Ame

Les Anges

Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands

Les sept paroles sur la Croix

Et cette génération est passée

La montée et la descente dans la généalogie de Jésus

Le Doute

Fidélité, Sérieux et Minutie

Mieux vaut la fin d'une chose que son Commencement

Satan, son Origine, sa Chute, son Travail, sa Tromperie et sa Fin

Le Christ est venu répandre la Vie Spirituelle

Dieu cherche notre Salut

Méditations dans le Cantique « Je l'ai cherché, et je ne l'ai point trouvé. »

Les bâtisseurs du Royaume

Le Sens de la Résurrection

La Colère

Les trois personnes qu’Abraham reçut

Les femmes célèbres dans la Bible et l’Histoire

Fruits de l'Esprit : La douceur, la bonté et la patience

Le blasphème contre l’Esprit-Saint

La Reconnaissance et la Fidélité

N’hésitez pas entre les deux côtés

Les fils de Dieu et les filles des hommes

Vie de Pénitance et de Pureté