La mort est étrangère à l'humanité.

Quand Dieu créa l'homme, Il le façonna pour vivre. "Il souffla dans ses narines un souffle de vie, et l'homme devint une âme vivante" (Genèse 2:7).

Pour l'homme, Dieu voulait la vie et l'éternité, mais l'homme choisit le péché, et par conséquent il s'attira la mort, car "le salaire du péché c'est la mort" (Romains 6:23). La mort s'introduisit dans le monde et régna sur l'humanité.

Nous nous réjouissons de la Résurrection car elle est la victoire sur la mort, et signifie le retour de l'homme à la vie. Dieu créa l'homme pour vivre, non pour mourir.

La résurrection du Christ préfigure notre résurrection. C'est pour cela que Saint Paul décrit le Christ comme "les prémices de ceux qui sont morts" (1 Corinthiens 15:20). Il est les prémices, et nous ressusciterons tous à Sa suite.

Certains demanderont: "Comment le Christ peut-Il être les prémices de ceux qui sont morts alors que d'autres avaient déjà ressuscité avant Lui ?" Parmi ceux-là, on peut citer:

  • Le fils de la veuve de Sarepta, que le prophète Elie ressuscita des morts (1 Rois 17:22),
  • Le fils de la Sunamite qu'Elisée le prophète ressuscita des morts (2 Rois 4:32-36),
  • Les trois personnes que le Christ ressuscita des morts: le fils de la veuve de Naïn, la fille de Jairus et Lazare.


Il est vrai que des hommes ont ressuscité avant le Christ, mais après leur résurrection, ces hommes sont morts à nouveau, et ils attendent toujours la résurrection générale. Mais la résurrection du Christ n'a pas été suivie de mort, et elle était les prémices de l'éternité à laquelle aspire tout croyant.

Par la résurrection, nous entendons le chemin qui nous conduit à la vie éternelle. Nous savons que la vie de l'homme sur terre est courte. Elle n'est rien, comparée à l'éternité. L'immortalité est le merveilleux rêve de l'humanité.

La résurrection valorise l'homme et confirme que sa vie ne s'arrête pas avec la mort.

Elle confirme qu'il existe une autre vie, différente de cette vie terrestre. Si Dieu le veut, nous jouirons de cette nouvelle vie après la résurrection.

Nous disons quotidiennement dans le Crédo: "Nous attendons la résurrection des morts et la vie du monde à venir".

La résurrection montre que la vie de l'homme se prolonge dans l'éternité. Elle prouve que la mort n'est qu'une simple étape de notre vie, un passage entre deux vies, l'une terrestre et l'autre, éternelle.

Il ne fait aucun doute que la vie céleste est de loin préférable à la vie terrestre. La vie céleste sera dénuée de toute considération matérielle. Elle sera pure et sans péchés. L'homme y vivra en association avec Dieu, Ses anges et Ses saints. La Sainte Bible nous décrit le Ciel comme étant "des choses que l'œil n'a point vues, que l'oreille n'a point entendues, et qui ne sont point montées au cœur de l'homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l'aiment" (1 Corinthiens 2:9).

Saint Isaac disait: "La peur de la mort préoccupe le cœur de l'ignorant, mais l'homme intègre aspire à la mort autant qu'il aime la vie"

Et Saint Paul l'apôtre disait aussi: "J'ai le désir de m'en aller et d'être avec le Christ, ce qui de beaucoup est le meilleur" (Philippiens 1:23).

La mort devient alors un désir ardent chez ceux qui aiment Dieu et la vie au Ciel. Ils considèrent cette vie comme bien meilleure que la vie terrestre qui a perdu sa pureté.

Ceux qui croient en la résurrection ne considèrent pas la mort comme la fin de la vie, mais comme un passage vers une autre vie.

La résurrection a changé notre regard sur la mort. Elle n'est plus qu'une simple transition, une passerelle vers une autre vie.

C'est pourquoi la mort est ardemment désirée par tout homme droit.

La crainte de la mort s'est dissipée après la victoire du Christ sur la mort par Sa résurrection.

Les saints ne craignent plus la mort, et ils ne se soucient guère de ses causes: maladies, conspirations et agressions des méchants.

Seul le pécheur qui persiste dans son péché a peur de la mort. Il craint son sort lorsqu’il comparaîtra devant Dieu.

Celui qui suit ses désirs et ses passions redoute la mort qui le privera des plaisirs du monde. L’homme juste, au contraire, ne craint pas la mort car il croit en la résurrection.

La résurrection est liée à la foi. Les athées, par exemple, ne croient pas en la résurrection.

Le fidèle croit que Dieu est capable de ressusciter le corps de la mort. En effet, Celui qui a créé l’homme de la poussière, et la poussière du néant, est capable de ramener un corps à la vie pour l’unifier à l’esprit.

Les athées ne croient pas en l’existence de l’esprit, ni en son éternité après la mort. Ils ne croient ni en l’éternité ni au jugement. C’est pourquoi j’ai dit que la résurrection était liée à la foi.

Croire en la résurrection conduit à la vie de droiture et de vertu.

Le croyant sait qu’au jour redoutable du jugement, il comparaîtra devant Dieu pour rendre compte de ses actions passées, bonnes ou mauvaises. Cette certitude le conduira à être vigilant dans sa vie afin d’être prêt pour le jour du jugement.

Cela le conduira également à juger chacun de ses actes, chacune de ses pensées ou émotions, et même, chacun de ses mots, afin de rectifier tout écart, comme le disait Saint Macaire : « Mon frère, reprends-toi avant d’être corrigé par les autres ».

La foi sincère en la résurrection conduit à la piété et à la vie monastique.

La résurrection a ouvert les yeux des hommes sur les gloires de l’autre monde, si bien que les plaisirs passagers de ce monde périssable ont perdu leur attrait. Les hommes, dans leur quête des choses invisibles, ont rejeté les choses visibles et matérielles, comme le dit la Bible : « Nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles » (2 Corinthiens 4 :18).

Si la résurrection n’existait pas, les hommes se seraient précipités sur les plaisirs et les convoitises de ce monde, comme le faisaient les Epicuriens qui disaient : « Si les morts ne ressuscitent pas, Mangeons et buvons, car demain nous mourrons » (1 Corinthiens 15 :32).

Ceux qui croient en la résurrection et qui s’y préparent contrôlent leurs instincts et soumettent leurs passions. Ils se préparent spirituellement et vivent dans la vertu. Ils ne cèdent pas aux désirs charnels, mais mènent une vie spirituelle en oubliant leurs corps et leurs sens.

La soif d’éternité nous incite à rechercher ce qui est plus grand et plus noble que les choses terrestres.

Tout en ce monde ne peut nous satisfaire ni nous combler, à cause de ce désir des choses célestes que nous avons en nous. Le désir d’une vie spirituelle et de la joie éternelle dépasse tout désir terrestre.

Ainsi, les saints considéraient la terre comme un lieu d’exil. Ils se sentaient étrangers en ce monde, et tendaient toujours vers cette vie spirituelle et céleste que l’œil n’a point vue. Ils aspiraient à un autre monde empreint de sainteté, d’innocence, de spiritualité, paix, amour et pureté : ce lieu où Dieu comble les cœurs qui ne manquent alors de rien.

Les hommes trouvent dans la résurrection une sorte de compensation et de consolation.

Tous ceux qui souffrent de l’injustice sur terre gardent l’espérance que justice leur sera rendue au Ciel par Dieu qui juge en faveur de l’opprimé.

Ceux qui, comme Lazare le pauvre, souffrent de la pauvreté sont consolés car ils seront rétribués au Ciel. De même, ceux qui sont tourmentés ici-bas trouveront le réconfort dans l’autre monde.

La résurrection offre une réelle consolation pour tous ceux qui s’aiment, car elle les rassemblera à nouveau après la séparation de la mort.

Si la vie s’arrêtait avec la tombe, sans résurrection, alors il n’y aurait aucun espoir de revoir à nouveau nos biens-aimés qui sont décédés. Notre relation avec eux s’éteindrait à tout jamais. Cette idée est insupportable à tous ceux qui ont perdu un être cher.

La résurrection nous donne une idée de la puissance de Dieu et Son amour pour l’homme.

Ce Dieu puissant et aimant, qui est capable de ressusciter les corps après leur décomposition en poussière et les ramener à leur nature première par une sorte de transfiguration, n’a pas souhaité jouir seul de l’univers, mais il créa d’autres créatures dans ce monde.

Il ne souhaita pas profiter seul de l’éternité, et il accorda alors un caractère éternel aux hommes et aux anges. Il offrit ainsi aux êtres humains la possibilité d’entrer dans la vie éternelle après la résurrection des morts.

La résurrection sera une occasion de grande joie car le mal n’existera plus.

Au paradis, où vivent les hommes vertueux, il n’y aura ni mal ni péché. Nos péchés prendront fin, et nous vivrons une vie d’une totale pureté et d’une absolue innocence. Nous serons semblables aux anges et aux enfants dans leur innocence. L’âme sera débarrassée des traces du péché telles que la peur, le doute, l’anxiété et la convoitise. Elle sera parée de la couronne de la vertu, et tous ses défauts seront dissipés.

Il faudrait beaucoup de temps et de nombreux livres pour décrire toutes les gloires de la resurrection.

Du même auteur

Notre responsabilité envers cette génération

L'Espérance

Les femmes célèbres dans la Bible et l’Histoire

Le Christ avant l’âge de trente ans

La Colère

Les fautes de la parole

Les trois personnes qu’Abraham reçut

Spiritualité des Fêtes

Consolez ceux qui sont abattus, Supportez les faibles...

Comment résoudre les problèmes

La Politique de l’Eglise Copte dans les Pays d’Emigration

Les bâtisseurs du Royaume

Le Christ est venu répandre la Vie Spirituelle

Une alliance entre Dieu et l’homme

Nombre de générations

Le calme

Fruits de l'Esprit : La douceur, la bonté et la patience

Satan, son Origine, sa Chute, son Travail, sa Tromperie et sa Fin

N’hésitez pas entre les deux côtés

Les Anges

Le Jeûne et le Repentir

Le Pape Chenouda III

Non de la lettre mais de l’Esprit, car la lettre tue et l'Esprit vivifie.

Les jours de la création et l’opinion des géologues

Attendez le Seigneur

La Sagesse et le Discernement

La foi des témoins de Jéhovah réfutée

Toutes Choses concourent au Bien

Déclaration commune de foi christologique entre les papes Paul VI et Shénouda III (1973)

Coeurs Durs et Coeurs Tendres

Elan de l'Ame

Elisabeth ta parente

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos

Vie de Pénitance et de Pureté

La Famille dans la Bible

Les fils de Dieu et les filles des hommes

Dieu est Compatissant et Bienveillant

L'Eglise Copte est unique dans ce qui la caractérise de toutes les Eglises du monde.

Le monde qui change et la spiritualité chrétienne

Vie de foi

La Sainte Vierge

Sans que nous le demandions

Comment se comporter avec les gens

Dieu agit avec nous

Créateur du bien, Créateur du mal ?

L’iniquité des pères et leurs enfants

Déclaration commune avec l'Eglise Orthodoxe byzantine (1989)

De la fidélité dans les petites choses

Je te Garderai partout tu iras, et je te ramenerai dans ce pays

La date de célébration de Noël

Consacrez un jeûne

Dieu cherche notre Salut

La Reconnaissance et la Fidélité

Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands

Soyez fermes, inébranlables

Préoccupation de Dieu pour les petites choses

Tu peux tout... Rien ne s'oppose à tes pensées

Fidélité, Sérieux et Minutie

Méditations dans le Cantique « Je l'ai cherché, et je ne l'ai point trouvé. »

Le Doute

Saints Pierre et Paul : leurs différences

Le blasphème contre l’Esprit-Saint

Mieux vaut la fin d'une chose que son Commencement

Accord christologique avec l'Eglise Catholique (1988)

Et cette génération est passée

Une porte était ouverte dans le ciel

C'est Dieu qui commence

Les sept paroles sur la Croix

Fils de David, Fils d’Abraham

Nos Martyrs de El Kocheh

La montée et la descente dans la généalogie de Jésus

La généalogie à travers Joseph

Le lien entre les deux Testaments

Vous ne vous appartenez point à vous-mêmes car vous avez été rachetés à un grand prix

Les femmes pécheresses dans la généalogie de Jésus