Vie d'abba Macaire père et chef des moines de la montagne sainte de Scété, illuminateur plein du Saint Esprit, accompli en toute vertu, telle que l'a racontée abba Sérapion, qui fut disciple d'abba Antoine le porteur du St Esprit puis très saint évêque de Thmuis, la ville vouée au Christ.

LIVRE DIXIÈME.

CHANGEMENT PRODUIT DANS L’AME D’AUGUSTIN

Confession du coeur. — Ce qu’il sait avec certitude, c’est qu’il aime Dieu. — Il le cherche et le trouve dans sa mémoire. —Puissance incompréhensible dont il décrit les merveilles. — Il s’interroge sur la triple tentation de la volupté, de la curiosité et de l’orgueil. — Il remet à Notre-Seigneur Jésus-Christ, seul médiateur entre Dieu et les hommes, la guérison des maux de son âme.

LIVRE ONZIÈME.

LA CRÉATION ET LE TEMPS

 

Il demande à Dieu l’intelligence des Ecritures. — Il cherche à  expliquer les premières paroles de la Genèse : « Dans le principe Dieu fit le ciel et la terre. » — Il répond à cette question : « Que faisait Dieu avant la création du monde ? » — Point de temps avant la création. — Qu’est-ce que le temps ? — Quelle est la mesure du temps ?

LIVRE TREIZIÈME.

SENS MYSTIQUE DE LA CRÉATION.

Toute créature tient l’être de la pure bonté de Dieu. —  Il découvre dans les premières paroles de la Genèse et la Trinité de Dieu et la propriété de la personne du Saint-Esprit. — Image de la Trinité dans l’Homme. — Dieu procède dans l’institution de l’Eglise comme dans la création du monde. — Sens mystique de la création.

LIVRE HUITIÈME.

LA CONVERSION D’AUGUSTIN

Arrivé à la trente-deuxième année, il va trouver le vieillard Simplicianus. — Il apprend la conversion de Victorinus, rhéteur célèbre. — Potitianus lui fait le récit de la vie de saint Antoine. — Agitation de son âme pendant ce récit. — Lutte entre la chair et l’esprit. — Derniers combats. — Il se rend à cette voix du ciel : Prends, lis! Prends, lis!